Parquets cirés : bien l’entretenir et faire durer

Le parquet massif et semi-massif

Le traitement d’un parquet à la cire d’abeille est le plus ancien et l’un des plus respectueux du bois puisque c’est une matière organique qui vient en nourrir et saturer une autre. Du vivant pour entretenir le vivant !

Pour les parquets de prestige ou les parquets anciens, c’est la plus authentique et sans doute aussi la plus belle des finitions. Mais c’est incontestablement aussi la plus exigeante en termes d’entretien.

Prendre soin, c’est éviter d’endommager

Seuls les plus jeunes peut-être ne se souviendront pas de ces intérieurs emplis de pénombre, de vieux meubles et de senteurs d’encaustique où l’on ne pouvait pénétrer que les deux pieds rivés à des patins lustrants qu’il nous fallait faire glisser comme des Candeloro débutants. C’est qu’au temps de nos grands-mères, seule la cire permettait de préserver et d’entretenir les parquets.

Et un parquet ciré, pour aussi beau soit-il, n’est pas idéalement protégé des taches, des rayures et des impacts. Alors les chaussures à talon y étaient proscrites. Aujourd’hui, même si les cires ont évolué, ces parquets demeurent vulnérables et le meilleur moyen de les entretenir est déjà de les préserver.

Sans tomber dans la maniaquerie de nos aïeules, les patins de feutres sous les pieds des meubles sont fortement conseillés comme tout ce qui peut éviter la trop forte exposition aux rayons du soleil. Un challenge compliqué dans nos intérieurs de plus en plus transparents et tournés vers l’extérieur.

Mais la plus élémentaire des marques de respect passe par le bannissement des chaussures de ville et des beaux escarpins, bourreaux des lattes.

Et, comme pour tous les parquets, ce réflexe essentiel : éponger les traces d’humidité et les taches et faire sécher en créant des courants d’air.

Le nettoyage, sans attendre

Le ménage courant est facile sur un parquet ciré : un simple balai ou un aspirateur conviennent pour dépoussiérer facilement toute la surface. Ensuite passez une serpillière très légèrement humide en veillant à ne laisser aucune trace d’eau qui marquerait le bois.

Laissez sécher naturellement ou aidez en passant une serpillère sèche.

Mais il arrive parfois que les salissures ou les liquides imbibent le bois malgré tout. Vous devrez alors poncer le parquet à l’endroit de la tache jusqu’à sa disparition.Puis remettez une couche de cire, à la brosse ou avec une mèche de coton. Laissez sécher puis passez une seconde couche. Quand ce sera bien sec, il sera temps de lustrer l’endroit traité avec un chiffon de laine pour récupérer le brillant de toute la pièce.

L’entretien au long cours

Malgré tous vos soins, vous ne pourrez empêcher l’éclat de la cire de s’affaiblir. C’est pourquoi, tous les 3 à 6 mois, il est recommandé de repasser une couche de cire sur l’ensemble de la pièce que vous aurez préalablement lavée. Une fois la cire bien sèche, il sera temps de la lustrer.

Il va de soi que la préservation durable de votre beau parquet ciré repose sur l’usage de produits professionnels de qualité.

Mais parfois ce simple entretien régulier ne suffit plus. Il est alors temps de reprendre toute la surface. Le centre de la pièce sera passé à la ponceuse professionnelle (grain moyen puis fin) tandis que les bordures et les angles seront affinés à la ponceuse d’angle.

Vous appliquerez ensuite à la brosse une couche de cire. Puis, 24 h plus tard une seconde couche que vous laisserez sécher tout autant. Vous pourrez alors la lustrer avec un chiffon de laine ou une peau de mouton. À moins que vous ne fassiez une concession à la modernité en utilisant une lustreuse électrique.